Le réseau de résistance SALESMAN de mai 1943 à mars 1944

27/05/2012 08:48

 

Durant la seconde guerre mondiale, Jean est le gérant du magasin de mode "Micheline", 72-74 rue des Carmes à Rouen (Seine-Maritime,encore appelée Seine-Inférieure à l'époque). Florentine y est vendeuse.

En avril 1943, Philippe Liewer, alias Major Charles Staunton, agent Français du SOE de Londres, est parachuté en France. A la demande de Churchill, il est chargé de constituer un réseau de résistance dans la région stratégique de Rouen - Le Havre en prévision du débarquement de 1944. Il est accompagné de Gabriel Chartrand alias Dieudonné, saboteur et instructeur en armement. Il se rend à Paris et rencontre Mme Micheline, propriétaire des magasins de vêtements pour femmes du même nom. En mai 1943, Mme Micheline le met en contact avec Jean Sueur, gérant de sa succursale de Rouen. Jean le présente à la famille Francheterre qui le logera jusqu'à la fin de sa mission.

Dés juin 1943, le réseau SALESMAN s'établit grâce aux efforts de Philippe Liewer et Jean Sueur sur la région de Rouen, et aux efforts de Roger Mayer pour la région du Havre. Prés de 350 membres composent le réseau. Le magasin "Micheline" devient la "boîte aux lettres" principale du réseau SALESMAN. Florentine et Jean en assurent le bon fonctionnement. 

En juillet 1943, Peter Newman est parachuté et rejoint le groupe comme opérateur radio.

Mi-août 1943, Bob Maloubier alias Robert Mollier, est parachuté à son tour pour remplacer Gabriel Chartrand transféré dans la Sarthe. Il initie de nombreux sabotages et forme les groupes de combat sur la région de Rouen, dont les frères Henri et Raoul Boulanger sur le secteur de Ry.

Fin décembre 1943, Bob Maloubier est grièvement blessé par balles lors d'une opération. Les bons soins du Docteur Delbos, résistant de Deville-les Rouen, ne suffisent pas pour guérir la blessure. 

En février 1944, à des fins de rapport au SOE, Philippe Liewer doit rentrer à Londres et emmène avec lui Bob Maloubier. 

Fin février 1944, la gestapo monte une souricière avec l'aide d'une "mouche" et file différents membres du réseau sortant de la "boite aux lettres". 

Début mars 1944, la gestapo et la police vichyssoise commandée par le féroce commissaire Alie, arrêtent une centaine de personnes, soit près de la moitié du réseau SALESMAN, dont Peter Newman, le radio, et Claude Malraux, l'adjoint du Major Staunton, qui seront tous deux exécutés par la suite. Les frères Boulanger, leurs épouses, le Dr Delbos et son épouse ainsi que nombre de résistants de Deville-les Rouen sont également pris dans les mailles du filet. Florentine et Jean sont arrêtés le 10 mars, Roger Mayer le 11 mars 1944.

André Malraux, demi-frère de Claude, réussit à envoyer un message à Londres pour prévenir le SOE du désastre juste avant que l'avion ne décolle avec Philippe Liewer à son bord. De plus, André Malraux leur apprend que les Allemands utilisent la radio et les codes de Peter Newman depuis deux semaines.

Le 5 avril 1944, Philippe Liewer revient avec Violette Szabo comme courrier. Violette part seule à Rouen afin de voir les possibilités de remonter le réseau SALESMAN. Sur place, elle découvre les photos de Philippe Liewwer et Bob Maloubier affichées sur les murs de la ville. Elle rencontre les résistants qui ont échappé aux arrestations. Elle ne peut que constater l'anéantissement du réseau. Fort heureusement la presque totalité des groupes de combat n'a pas été touchée. Mais il est désormais impossible à Philippe Liewer d'opérer sur la région normande. Après trois semaines de reconnaissance, Violette rentre avec Philippe Liewer à Londres. Elle ramène des rapports sur des installations allemandes, notamment le quartier général naval de Rouen, des usines de fabrication de matériel militaire, les installations portuaires du Havre. Ces documents s'avéreront précieux pour cibler les bombardements.

En juin 1944, Philippe Liewer, Violette Szabo, Bob Maloubier et Jean-Claude Guiet, opérateur radio, partent dans le limousin pour établir le réseau SALESMAN II.

Le 10 juin 1944, Violette se fait prendre, non sans avoir combattu les armes à la main. Arrêtée puis déportée, elle sera exécutée par les Allemands à Ravensbrück fin janvier, début février 1945. http://violetteszabo.org/

Philippe Liewer et son nouveau groupe limousin opèrent avec succès. Le 21 août 1944, il obtient sans condition la reddition de Limoges tenue par les Allemands. Il meurt d'une crise cardiaque en 1950 à l'âge de 39 ans. 

Brigitte Garin