Winston Churchill et le S.O.E.

28/05/2012 22:00

 

Winston Churchill (30.11.1874-24.01.1965) devient Premier Ministre du Royaume-Uni le 10 mai 1940.

Il est l'un des premiers, bien avant le début de la Seconde Guerre Mondiale, à mesurer la menace croissante d'Hitler, mais ses mises en garde restent longtemps lettre morte.

Même si une partie de l'opinion publique et politique britannique est en faveur d'une paix négociée avec l'Allemagne, clairement en position de force, Churchill refuse d'étudier toute éventualité d'armistice avec l'Allemagne. Il prépare les Britanniques à une longue guerre :

"Si vous ne voulez pas prendre les armes pour une juste cause lorsque vous pouvez aisément vaincre sans effusion de sang, si vous refusez encore de combattre quand la victoire est certaine et peu coûteuse, alors vous risquez d'avoir à lutter avec toutes les chances contre vous et un faible espoir de survie. Mais ce peut être encore pire : vous pouvez être forcés de livrer bataille sans espoir de vaincre, parce qu'il vaut mieux périr que vivre en esclave."

Dans la foulée, Churchill crée le poste de Ministre de la Défense qu'il assume en sus de sa charge de Premier Ministre. Il nomme son ami, l'industriel et baron de la presse Lord Beaverbrook, responsable de la production des avions. Le sens aigu de l'industrie de Beaverbrook permet à la Grande-Bretagne de préparer rapidement la conception et la production  des avions, ce qui fera la différence dans la route vers la victoire. 

Le 13 mai 1940, Churchill prononce son premier discours en tant que Premier Ministre :

"Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur."

Peu avant la Bataille de l'Angleterre, il exhorte son peuple avec détermination :

"Nous irons jusqu'au bout, nous nous battrons en France, nous nous battrons sur les mers et les océans, nous nous battrons avec une confiance et une force croissantes dans les airs, nous défendrons notre île, quel qu'en soit le prix, nous nous battrons sur les plages, nous nous battrons sur les aires d'atterrissage, nous nous battrons dans les champs et dans les rues,  nous nous battrons dans les montagnes ! Nous ne nous rendrons jamais ! Et même si, ce que je ne crois pas un seul instant, cette île ou une grande partie de celle-ci était soumise et assiégée, alors notre Empire au-delà des mers, armé et gardé par la Flotte britannique, continuerait la bataille, jusqu'à, quand Dieu le voudra, ce que le Nouveau Monde, avec tout son pouvoir et sa force, s'avance au-devant pour secourir et libérer l'ancien."

Afin de parfaire son dispositif de guerre, Churchill crée en juillet 1940 le Special Operations Executive (en français Direction des Opérations Spéciales), indépendamment des services secrets existants. Ce nouveau service secret britannique a pour mission de soutenir les mouvements de résistance des pays d'Europe occupés par l'Allemagne. Le service est découpé en sections, une section étant exclusivement attribuée à un pays. La section chargée d'épauler la résistance française s'appellera donc S.O.E.- F. Progressivement des sections verront le jour pour opérer dans tous les pays en guerre, y compris en Asie, et même dans certains pays neutres. Le service sera dissous en 1946.

Dans chaque pays occupé, le S.O.E. est chargé de l'action, dans l'attente de la reprise des offensives militaires. Il commence par s'assurer de l'existence effective d'une résistance sur place et prend contact avec ses membres. Au besoin, il suscite la création de groupes de résistance. Une fois établi, il maintient le contact. Il fournit aux résistants les moyens nécessaires pour mener la lutte contre l'ennemi. Des armes, des munitions, des explosifs, de la nourriture, des vêtements, de l'argent constituent les moyens matériels. Des agents du S.O.E. assurent sur place l'encadrement des réseaux de résistances, de la direction à l'instruction en armement en passant par les radios et les courriers.

L'activité des résistants revêt plusieurs formes, en matière d'action ou de renseignement. Des opérations destinées à affaiblir l'ennemi ou le déstabiliser se traduisent par des attentats, des déraillements de convoi de troupes allemandes, des sabotages contre les installations militaires, ferroviaires ou industrielles (fabrication du matériel de guerre allemand en pays occupé). L'obtention de renseignements sur les intentions générales de l'ennemi, sur les mouvements de troupes prévus ou constatés, permettent de préparer les plans de guerre.

La section F du S.O.E. est dirigée par le colonel Buckmaster. C'est pourquoi, aujourd'hui, tous les réseaux de résistance dirigés par le S.O.E. en France, sont plus connus sous le nom de réseaux "Buckmaster". Près d'une centaine de ces réseaux a vu le jour aux quatre coins de la France de juillet 1941 à la fin de la guerre. Le réseau SALESMAN (aujourd'hui appelé Hamlet/Buckmaster) de Rouen et sa région est l'un d'entre eux.

                                                                                                          Brigitte Garin